Comment fonctionne la pompe à chaleur en période de grand froid ?

Pompe à chaleur par grand froid

À l’approche de l’hiver revient la crainte de ne pas avoir un système de chauffage assez performant. Alors qu’un choix est à faire pour trouver le meilleur moyen de chauffer son foyer, plusieurs questions se posent. Une pompe à chaleur (PAC) répondra-t-elle à mes besoins, même en cas de grand froid ? Résistera-t-elle aux chutes de température ? Augmentera-t-elle la consommation électrique ? Nous répondons à vos questions.


1. Résistante aux températures négatives
2. Un fonctionnement de la PAC plus énergivore par grand froid
3. Un appoint utile selon les régions
4. Comment protéger votre pompe à chaleur air-eau du froid ?

Résistante aux températures négatives


Avec son Coefficient de Performance (COP) garantissant une production d’énergie supérieure à sa consommation, la pompe à chaleur aérothermique fait partie des modes de chauffage favoris grâce à ces avantages. Son principe de fonctionnement est le suivant. Elle utilise les calories présentes naturellement dans l’air, pour les transformer en énergie. La PAC promet ainsi un haut rendement et un moyen de faire des économies, grâce à sa technologie qui puise dans une ressource renouvelable et gratuite.

Cette technique ne change pas, au retour de la saison hivernale. Les différents fabricants vantent la capacité de leur équipement de fonctionner de façon optimale en hiver. Ils garantissent notamment la production de chaleur et d'eau chaude jusqu’à -7°C, voire, selon les modèles, -15 à -20°C. Pas de doute, si vous vivez dans une région tempérée, il n’y a aucune raison de douter de l’efficacité de votre pompe à chaleur pour passer l’hiver confortablement dans votre foyer.

Un fonctionnement de la PAC plus énergivore par grand froid

Le froid peut avoir des conséquences sur le fonctionnement de votre équipement. La chute des températures peut rendre plus laborieux le captage des calories présentes dans l’air. Le compresseur de votre pompe à chaleur devra pallier cette difficulté et activer le système de dégivrage.

Cela réduira également son COP saisonnier, du fait de l'écart entre les températures intérieures et extérieures. Vous pourrez alors constater une légère hausse de votre consommation électrique durant cette période. Une hausse qui ne sera que temporaire, le temps que la période de froid passe.

À noter également que des écarts importants de température entre l’air rejeté et l’air extérieur peuvent entraîner la formation de givre au niveau des bouches d’évacuation. La pompe à chaleur aérothermique est conçue pour s’adapter à cette situation sans excès de consommation d’énergie. Pour cela, elle passe en inversion de cycle, pour envoyer de l’eau chaude pour permettre au groupe extérieur de se dégivrer de lui-même.

Découvrez notre sélection de PAC Air/Eau :

[sliderShortcode product1="433" product2="413" product3="409"]

Un appoint utile selon les régions

Ces aléas liés à la baisse de température sont néanmoins normaux. Si vous vivez dans des régions tempérées ou au climat doux, les fabricants de pompes à chaleur aérothermiques vous garantiront un bon fonctionnement de votre équipement tout au long de la saison hivernale. Sa consommation d’électricité sera peut-être un peu plus importante, diminuant ainsi son COP. Un bon réglage de la température d’ambiance dans votre foyer vous permettra de contrôler le fonctionnement de votre pompe à chaleur.

Il peut être recommandé aux habitants des régions les plus froides (notamment en montagne), de s'équiper d'un chauffage d'appoint. Cet investissement vous permettra sur le long terme de réduire les risques de surconsommation électrique. Une chaudière complémentaire, ou un poêle à bois pourrait ainsi prendre la relève de votre pompe à chaleur durant les périodes les plus froides. L’utilisation d’une énergie moins chère que l’électricité serait alors privilégiée.

Comment protéger votre pompe à chaleur air-eau du froid ?

Le fonctionnement optimal de votre PAC aérothermique dépendra aussi de l’entretien que vous ferez sur votre appareil et ce qui l’environne. Plusieurs gestes ou mesures sont préconisés par les fabricants, afin de vous prémunir de tout problème technique ou une hausse de votre facture énergétique :

- Lors de l'installation de votre PAC, réfléchir à l'emplacement de l'unité extérieure, en évitant notamment l’extrémité d’un toit, la présence de glace sur la machine pouvant l’endommager

- prendre en compte les risques de vents dominants et placer l’unité extérieure, si possible, sous un abri semi-ouvert. Un moyen de la protéger de vents contraires qui pourraient endommager la ventilation.

- en extérieur, s’assurer de la bonne circulation de l’air en déblayant les bouches d’insufflation des éventuels dépôts de feuilles mortes, neige, etc.

Enfin, l’entretien de votre pompe à chaleur, obligatoire tous les deux ans, est également un élément majeur pour assurer sa durée de vie, estimée entre 15 et 20 ans selon les modèles. Il vous protègera d’éventuels désagréments au moment où votre PAC sera la plus indispensable pour votre confort.

Au final, ce type d'équipement comme système de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire pour votre foyer ne doit pas être contraint par la crainte de l’hiver. Les pompes à chaleur sont pensées et conçus pour résister aux périodes hivernales. La clé pour un fonctionnement optimal reste avant tout la protection de l’unité extérieure et son entretien régulier par vos soins, en plus du contrôle de l'ensemble de l'installation réalisé par un technicien agréé.

0 Commentaire à propos de « Comment fonctionne la pompe à chaleur en période de grand froid ? »
Laisser un commentaire
Veuillez valider le captcha
bannière simulateur

Obtenez un devis

Recevez votre devis sur-mesure sous 24h

IZI by EDF collecte ces informations personnelles en vue de vous proposer un devis. Voir notre politique de confidentialité des données.

* Informations obligatoires