01 80 84 60 60

Un expert à votre écoute (Coût d'un appel local)

INSTALLATION

La pose d’une chaudière gaz basse température se fait sans contraintes. Elle est idéale pour moderniser une installation déjà existante et pourra se poser en lieu et place de votre ancienne chaudière. Il existe des versions murales ou au sol. Les fumées peuvent être évacuées par le biais d’un conduit de cheminée ou une VMC. Pour faciliter la pose, les fabricants proposent des kits de remplacement. Ils permettent de raccorder plus facilement des appareils de différentes marques.

 

Evolution de la chaudière basse température


La directive européenne ErP a imposé plusieurs changements notables pour le chauffage des locaux. Elle favorise une faible consommation d’énergie et peu de rejets. Son but est de retirer du marché les équipements polluants.

Par exemple, le minimum d’efficacité énergétique saisonnière requis a été fixé à 86 %. Une dérogation existe dans certains cas. Ainsi, depuis 2015, seule la version B1 subsiste pour les chaudières basse température. Elle a été conservée pour des configurations précises. Elle est utilisée notamment avec les conduits collectifs d’évacuation des fumées. Ces derniers peuvent être de type shunt, Alsace ou vmc-gaz.

De même, les émissions d’oxydes d’azote sont limitées à 56 mg/kWhPCS. Les appareils anciens ne pouvaient pas répondre à cette exigence. Les technologies ont évolué pour leur permettre d’y satisfaire. Un brûleur novateur a ainsi été développé, assurant une combustion du gaz plus propre.

Les matériels intégrant ce nouveau système sont dits « chaudières bas-NOx ». Elles apportent 10 à 15 % d’économies d’énergie par rapport aux versions classiques. C’est un peu moins que pour un dispositif de chauffage gaz à condensation. Ces dernières profitent d’ailleurs de plus de primes à l’achat. Par exemple, un crédit d’impôt était accordé jusqu’en 2019.

Installation d’une chaudière basse température nouvelle génération : les points clé


Ce dispositif de chauffage et ECS se pose comme les autres chaudières à gaz. Il se met à la place de l’existant. Des kits de remplacement facilitent d’ailleurs ce montage. Le budget à prévoir dépend de plusieurs critères. Il comporte sensiblement les mêmes postes que pour l’implantation d’une chaudière à condensation.

La différence principale réside dans le système d’évacuation des fumées. Vmc-gaz ou conduit collectif sont pour les chaudières bas-NOx. Ventouse ou cheminée tubée correspondent aux autres.

Une installation dans les règles de l’art vous garantira des performances optimales. Pour conserver ces dernières, un entretien annuel est prescrit. Vous continuerez ainsi de profiter des économies d’énergie. Le passage par un professionnel qualifié est gage de sécurité. C’est la garantie d’avoir une implantation aux normes.

Chaudière bas-NOx : quel avenir ?


La pose de chaudières basse température Bas NOx est toujours possible en 2020. Elles doivent respecter la directive européenne ErP. Et seules certaines configurations sont autorisées. Elles concernent le plus souvent de vieux immeubles. C’est donc une bonne alternative en rénovation de logement.

Leur usage reste une dérogation par rapport à l’efficacité énergétique saisonnière. En effet, leur rendement est souvent inférieur aux 86 % requis. Il est plutôt de l’ordre de 75-80 %.

Les nouveaux bâtiments doivent se conformer à la RT2012, par exemple. Ils peuvent être aussi HPE ou BBC. Ils intègrent, par conséquent, des chaudières à gaz à condensation, fournissant chauffage et ECS.

Ce choix est renforcé par la volonté du gouvernement français. Il veut supprimer les appareils au fioul d’ici 2029. L’avenir de la chaudière bas-NOx semble donc compromis.

Nos certifications

UNE QUESTION ? 01 80 84 60 60

Coût d'un appel local

ÊTRE RAPPELÉ NOUS CONTACTER