Fermer

MyChauffage utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies sur ce site.

« En savoir plus »

Étapes et cycle de fonctionnement d'une chaudière gaz à condensation

 

Photo d'une installation de chaudière gaz

Changer de chaudière va s'imposer dans deux cas : soit celle qui est en place est vraiment trop ancienne et trop gourmande en énergie, soit elle ne fonctionne plus. Opter pour un modèle à condensation est alors la meilleure solution à envisager. Pourquoi ? D'abord parce qu'elle va permettre de réaliser d'importantes économies. Ensuite, parce que la spécificité d'un système à condensation est d'avoir un rendement qui dépasse les 100%. Le cycle de fonctionnement de la chaudière gaz permet de saisir l’intérêt de l'appareil.


La combustion du gaz


La première étape qui fait de la chaudière gaz un choix à privilégier est sa combustion. Cette dernière est largement optimisée par rapport aux anciennes technologies. A la mise en marche, le circuit est chauffé par un brûleur. En se consumant, le gaz produit des fumées contenant de la vapeur d'eau haute température. Cette vapeur d'eau est largement valorisée dans le processus de condensation.

La combustion s’avère être complète dans le cas de la chaudière à condensation. Cela signifie qu'on ne trouve aucune trace de combustible dans les fumées. En conséquence, ce système aura un rendement largement supérieur aux appareils traditionnels et polluera beaucoup moins. En effet, en consommant tout le combustible avec d’excellents rendements, il y a moins de rejets d’émanations toxiques dans l’atmosphère.


L'évaporation des fumées


La chaudière récupère ensuite les fumées issues de la combustion. Elle les refroidit jusqu'à l'état liquide. Cette chaleur latente, issue de l'évaporation des fumées, explique le rendement exceptionnellement élevé de ce type d'appareil. Voilà pourquoi ce système peut dépasser les 100% sur PCI (Pouvoir calorifique inférieur).


Condensation des fumées avec le retour de l'eau de chauffage


L’énergie produite par le passage des fumées de l'état gazeux à l'état liquide va permettre justement de chauffer l'eau de retour des radiateurs vers la chaudière. Cette dernière doit avoir une température située au-dessous de 55 degrés pour le gaz naturel. Au-dessus de cette valeur, aucune condensation n'est possible, les avantages disparaissent. Pour éviter cela, il faut envisager d'associer chaudière et émetteurs basse température. Le plancher chauffant est un choix intéressant. Il présente en effet un retour chauffage de 30 degrés maximum. Les radiateurs à chaleur douce, légèrement surdimensionnés peuvent eux aussi accompagner judicieusement la chaudière gaz à condensation.


L'évacuation des condensats


La dernière étape dans le fonctionnement de la chaudière à condensation va concerner l’évacuation des condensats. Du fait de la condensation des fumées, il faut évacuer ces rejets acides. Cela exige la mise en place d'un conduit résistant raccordé à celui de l'écoulement des eaux usées (généralement du PVC). Ce conduit d'évacuation doit se placer au-dessous du niveau de l'appareil pour permettre un écoulement facile des condensats vers les eaux usées. Si cette solution n'est pas possible, il reste à coupler une pompe à la chaudière à condensation. Le système est plus coûteux et doit être régulièrement entretenu pour son bon fonctionnement.

 

Vous aimerez aussi :

Les performances de la chaudière condensation
La sonde d'ambiance

Une question ? 0980 651 653 coût d'un appel local